Connaître > L'importance économique du gibier français

L'importance économique du gibier français

Le marché du gibier français s'articule autour d'acteurs incontournables où figurent les accouveurs, les éleveurs, les fabricants d'aliments, les distributeurs d'armes et de munitions de chasse, les armuriers, les sociétés de chasse et les fédérations de chasseurs, les collecteurs de gibiers, les industries de transformation du gibier, les distributeurs de gibiers.
Leurs syndicats, confédérations, fédérations et coopératives sont membres de l'interprofession "InterProchasse" qui, financée par la cotisation interprofessionnelle, a pour mission de défendre et de valoriser le gibier de chasse mais aussi de développer la filière Chasse. Le poids des contraintes Les contraintes de la commercialisation du gibier en France, très contrôlée pour la répression du braconnage et réglementée en suivant les dates d'ouverture par département, ont longtemps limité la diffusion du gibier de chasse en France.
Le marché du gibier en France s'est longtemps contenté et cantonné à une économie dépendant pour beaucoup de la tradition (localisation très géographique, saison, recettes classiques, etc.).
Cela a bloqué son essor et en a fait un marché de niche. En 2009, on estimait à 40% environ le pourcentage de personnes ne consommant pas de gibier. Les chasseurs et la communauté rurale étaient alors pratiquement les seuls à profiter des bienfaits (qualité nutritionnelle et diététique) et des saveurs de la viande de gibier, avec, à leur crédit, les connaissances nécessaires pour la consommer et la déguster dans les meilleures conditions (plumer, dépouiller, préparer, mariner, faisander, cuisiner). Le développement La commercialisation du gibier français aborde une nouvelle phase de développement avec :
• L'évolution réglementaire qui permet la commercialisation du gibier depuis 2006, toute l'année donc, en dehors des périodes d'ouverture locale de chasse et abandonne l'obligation du carnet de chasse pour les professionnels au profit de leur seule obligation générale de traçabilité.
• De plus en plus d'acteurs concernés et réunis pour la plupart autour d'Interprochasse (reconnue organisation interprofessionnelle par les pouvoirs publics) créée en 2007.
• Grâce à la création en 2008 par la Fédération Nationale des Chasseurs de la marque "Gibier de chasse - Chasseurs de France" garantissant l'origine France et Chasse des venaisons commercialisées avec cet étiquetage.

Le gibier consommé en France reste encore toutefois issu à 70 - 80 % de viandes importées.
La viande de gibier étant de plus considérée comme une viande d'automne ou d'hiver, avec en point d'orgue les fêtes de fin d'année, sa disponibilité pour le consommateur n'existe actuellement que quelques mois par an.
Pour désaisonnaliser la viande de gibier et la rendre plus attractive, les chasseurs les transformateurs et les distributeurs proposent de plus en plus de recettes et produits faciles à préparer rapidement, à cuisiner, de la viande en petites unités de vente du genre pavés à griller en quelques minutes, pour certaines déjà marinées ou préparées en recettes précuites à réchauffer, aussi bien en produits frais que"surgelés".

Au niveau local, dans certains départements de grandes traditions cynégétiques de plus en plus de professionnels des métiers de bouche, restaurateurs, bouchers, traiteurs s'emploient de plus en plus à amener les touristes à découvrir la viande de gibier et la très grande variété des recettes et usage qu'elle permet en plein accord avec les attentes de naturalité, de santé, de diversité et de plaisir des consommateurs actuels.

Focus
sur la chasse française

Quelques chiffres :
  • il existe 80 000 associations de chasse
  • la chasse française génère 23 000 emplois et 2,3 milliards d'euros de flux financiers
D'autres acteurs économiques

En période de chasse, les régions, les communes cynégétiques et les propriétaires privés profitent de ce marché en louant leurs terres et leurs forêts. Parmi les acteurs économiques figurent également les vétérinaires œuvrant avec les éleveurs.