Reconnaître > L'élevage des gibiers de chasse

L’élevage des gibiers de chasse

Quelques chiffres

Éleveurs de Gibiers
500 à 600 Éleveurs au SNPGC, 70 % de la production française :

- 14 millions de faisans.
- 5 millions de perdrix rouges et grises.
- 1 million de canards colverts.
- 120 000 lièvres.
- 10 000 lapins de garenne.
- 500 tonnes de viande de cerf.
- 170 tonnes de viande de daim.


Accouveurs "Gibiers"
15 accouveurs de Gibier, 30 à 40 millions d’œufs à couver (faisans et perdrix) sur 60 millions d’OAC produits par an.
CA 25 à 30 millions d'euros dont plus de 60 % en échange intracommunautaire.
Taille des entreprises de 50 à 100 employés avec un fort emploi saisonnier.

Aliments Gibier
220.000 tonnes dont 100.000 tonnes de céréales auto consommées, SNIA 80.000 tonnes, Coop de France 40.000 tonnes, CA 30 millions d’euros.
Cette production durable particulièrement respectueuse de l’environnement, est nécessaire pour la survie de ces espèces animales, en préservant et en enrichissant la biodiversité des terroirs français.

Le renforcement de populations sauvages voire le repeuplement complet de territoires naturels est une pratique constante dans de très nombreuses régions face à l’évolution des biotopes de moins en moins favorables à leurs présences du fait des emprises humaines et de l’intensification de l’agriculture.

Repeupler, renforcer
Repeupler, renforcer signifie lâcher des animaux en pleine nature :
- Aptes à trouver immédiatement nourriture naturelle et abreuvement de façon aléatoire dans un territoire qu’ils doivent découvrir avant de l’occuper de façon stable.
- Capable de se défendre contre les prédateurs sauvages très intéressés par ces proies nouvelles que l’homme leur apporte.
- Capable de se déshabituer de la dépendance à l’homme nourricier et protecteur pour le considérer de nouveau comme un prédateur.
- Aptes à cohabiter avec leurs congénères sauvages déjà présents.
- Compétent pour se reproduire après avoir souvent bravé les rigueurs de l’hiver dans leurs nouveaux habitats.

Ce sont donc des animaux préparés à affronter la vie en milieu libre que les éleveurs mettent à disposition des chasseurs et de leurs sociétés de chasse pour leur permettre de pleinement réussir ces opérations de repeuplement et/ou de renforcement forcément coûteux en temps et en argent.

Les éleveurs vont d’abord sélectionner des reproducteurs selon plusieurs qualités :
- Rusticité : qui va leur permettre la survie et l’adaptabilité aux différents milieux.
- Conformité aux standards caractéristiques des populations naturelles.
- De pureté génétique pour préserver les populations sauvages françaises de toutes pollutions génétiques avec des croisements d’espèces étrangères aux territoires français.
- Sanitaires parfaites pour éviter la diffusion de maladies animales dans les poussinières ou dans le milieu naturel.

De la sélection des parents, l’éleveur va alors passer à la reproduction qui multipliera les jeunes animaux dans des conditions très précises pour permettre leur survie et leur vitalité ultérieure.

Pour les oiseaux, en partant de l’œuf qui doit être ramassé tous les jours dans les nids, ce sera le processus complet de l’incubation des œufs jusqu’à l’éclosion, moment si particulier qui voit apparaître le jeune faisandeau, le jeune colvert, le jeune caneton.

Puis ce sera la mise en poussinière en ambiance très contrôlée avec une alimentation parfaitement équilibrée formulée pour répondre aux besoins de croissance extraordinaire des poussins.
La transition préparatoire aux lâchers va alors commencer en passant dans les parcs d’élevage végétalisés aux grandes volières ou étangs où les jeunes trouvent les conditions naturelles de leurs prochains territoires.

Pour les lièvres, l’élevage est complètement dépendant des qualités maternelles des hases qui seront la clé de la survie des lapereaux après leur naissance.

Tout cela nous vous invitons à le découvrir sur les présentations mises en ligne sur le site du Syndicat national des producteurs de gibiers de chasse (SNPGC)
www.snpgc.fr

L’élevage de gibier de chasse : un métier de passionné exigeant un très grand professionnalisme
Sélectionner, faire reproduire, faire naître élever et relâcher des animaux sains dans le milieu naturel nécessitent des connaissances très pointues et une grande rigueur technique.

Pour s’installer les éleveurs doivent obligatoirement être titulaire d’un certificat de capacité spécifique (décret de Mars 1994 réglementant la profession d'éleveur de gibier).

C’est ainsi que pour préparer de futurs éleveurs ont été créées dans de nombreuses régions des formations spécialisées au sein des établissements d’enseignement spécialisé agricole.

De la même façon tous les élevages sont obligatoirement déclarés auprès des services vétérinaires pour garantir leur qualité sanitaire pour les grandes maladies épizootiques et permettre la traçabilité des lâchers dans les différentes régions de France comme à l’étranger où la France est un leader reconnu pour la qualité de son élevage.

Les chartes volontaires de qualités des éleveurs de gibier de chasse.
Au-delà de leurs obligations réglementaires, pleinement consciente de l’importance de la qualité sanitaire au-delà des critères réglementaires, les différentes sections du SNPGC ont établi des chartes de qualité volontaires.

Elles garantissent à leurs clients, chasseurs et sociétés de chasse, françaises et étrangères les caractéristiques de leurs productions codifiant en particulier les normes techniques suivantes : densité dans les bâtiments et les prévolières pour le démarrage des oiseaux, et pour les grandes volières, âges de passage aux différents stades de l'élevage, hauteur minimum, alimentation des oiseaux et passage aux céréales, etc.
Chartes sanitaires consultables sur le site du Syndicat National des Producteurs de Gibiers de Chasse.